Archives du mot-clé enfants

Kankakee / Chicago, IL – km 35335


Carnet de route > USA

15 juin 2014

On quitte St Louis sous la pluie et on continue notre route vers Chicago. Là encore, la météo ne prévoie pas d’amélioration mais on continue sur l’option camping car même si le temps est couvert, pour l’instant, il ne pleut pas. On s’arrête donc planter la tente dans la petite bourgade de Kankakee où on se trouve un petit camping et pour une fois, pas trop près de l’autoroute…
20140612_021On passe la journée à Kankakee où, il faut l’avouer, il n’y a pas grand chose à faire. On se trouve un parc où on pique-nique (à moitié sous la pluie) et juste à côté, un espace public avec des jeux d’eau où on laisse les enfants jouer un peu malgré le temps. On rejoint ensuite Chicago où on a prévu de passer le week-end chez Cécile et Christophe, un couple de français installé depuis peu ici. Venant du sud, on aperçoit de loin puis on traverse la sky-line (la ligne de gratte-ciels) en longeant le lac Michigan qui borde la ville avant d’arriver chez nos hôtes. On est étonné de découvrir en pleine ville les berges du lac si bien aménagées : promenade verte où courent plein de joggers, quelques plages où bronzent de nombreux citadins, un terrain de golf, des marinas, etc. On se croirait en Californie ! Il faut dire qu’il fait beau et que c’est le week-end mais quand même, ce n’était pas l’idée qu’on se faisait de Chicago !
On s’installe donc chez nos hôtes où on est accueillis comme des rois. Après ces quelques semaines de camping, retrouver le confort d’un appartement (et quel appartement !) nous fait bien plaisir : quel régal un petit déj’ avec pain grillé et beurre assis à une table ! Il faut dire qu’en plus, la vue n’est pas celle que nous allons retrouver dans quelques semaines en rentrant à Paris. Ici, nous sommes au 19ème étage (d’une tour qui en fait 47) avec une vue de toute beauté sur le loop au loin (pas si loin que ça d’ailleurs) et sur le lac qui se trouve lui quasiment au pied de l’immeuble ! 20140613_077_079
On passe la journée du samedi à se balader dans la ville. Après avoir pris le bus jusqu’au centre, on remonte Michigan Avenue (la grande rue commerçante de la ville). On déambule au milieu de gratte-ciels dans des rues fleuries et super propres. On atteint ensuite la rivière qui traverse la ville et sur laquelle naviguent bateaux de touristes, bateaux de plaisance des riches locaux qui vont se balader sur le lac le week-end mais aussi des sportifs en canoë ! 20140614_052_060
Après un bon hamburger chez Weber (le même Weber des barbecue à la mode : ils viennent d’ici), on reprend la balade à travers le Millennium Park au milieu des mariées et leur cortège qui viennent prendre leurs photos souvenirs et des touristes. On continue ensuite sur le Navy Pier, un quai avec bars, restos et excursions en bateaux qui fait penser à celui de San Francisco.
En une journée on n’a pas tout vu de Chicago (loin s’en faut) mais on a pu réaliser combien l’image industrielle qui colle à la ville n’est pas (ou plus) d’actualité.
Il faut aussi dire qu’on a d’autant plus profité de la ville qu’on a été super bien reçus (merci encore à Cécile et Christophe pour l’accueil !). D’ailleurs pour finir, une dernière photo : la vue du 47ème et dernier étage !20140613_122_126

Ayutthaya – km 15270


Carnet de route > Thaïlande

18 décembre 2013

Nous arrivons en début de soirée à Ayutthaya. Nous trouvons de la place dans la première guesthouse que nous avions pré-sélectionnée. Nous posons nos affaires dans nos chambres (on a pris deux doubles) et nous repartons tout de suite car les proprios nous ont signalé un spectacle « son et lumière » qui a lieu dans les ruines et qu’il ne faut surtout pas rater.
Ayutthaya est l’ancienne capitale d’un royaume thaï qui s’étendait sur la quasi totalité de la Thaïlande actuelle entre 1350 et 1767 date à laquelle la cité fut détruite par les Birmans voisins. Les ruines, nombreuses et assez bien conservées, sont concentrées pour la plupart sur l’île transformée en parc historique. Nous logeons dans le centre et nous nous rendons donc à pied sur le lieu de ce qui se révèle être un festival (le World Heritage Fair du 13 au 22 décembre qui célèbre le classement de la ville à l’UNESCO). festival AyutthayaDès notre arrivée, nous nous retrouvons face à face avec des éléphants (ceux du spectacle) et nous passons un long moment à les observer. Il y a donc ce fameux spectacle mais également une scène où se produisent chanteurs, orchestres et danseurs traditionnels et une foule de stands où on peut manger des plats locaux et/ou typiques. On déguste un superbe mélange de pousses de soja, de poulet et de pâte à crêpes (le tout ayant généreusement frit ensemble dans une grande poêle). On se régale (même si c’est un peu gras) et on enchaine tout de suite avec le spectacle qui commence (juste après l’hymne national de 20h). C’est un super spectacle qui retrace l’histoire de la ville depuis sa création jusqu’à sa destruction. Les commentaires sont en thaï donc on se contente de suivre ce qui se passe sur scène mais personne en perd une miette : à grands renforts de figurants (villageois, guerriers, princes), d’éléphants et de chevaux, de pétard et d’explosions, du plus petit au plus grand, nous savourons !

Le lendemain (après une bonne sieste – de rigueur après la soirée de la veille), nous découvrons, de jour, le parc historique. Nous décidons d’y revenir plus longuement le lendemain et de s’y balader en vélo. Nous nous rendons dans un temple où siège l’un des plus grands bouddha de bronze de Thaïlande (plus de 12m de haut) puis visitons le Wat Phra Sri Samphet (le plus grand temple de la ville) situé juste à côté. Une fois le quota visite épuisé, nous reprenons les vélos et nous baladons au hasard des routes en croisant, pour la plus grande joie des enfants, les éléphants qui promènent les touristes sur leurs dos.

On retourne au festival pour y manger une déclinaison de la dernière fois : soja, moules et pâtes à crêpes (ou beignet). C’est tout aussi gras mais/et tout aussi bon. On teste également des beignets de poissons (le « no spicy » thaïlandais est parfois traitre) ainsi que des maïs grillés (les mêmes qu’à Chateau Rouge – chaque enfant a eu le sien et, ravi, l’a dévoré instantanément). On clôture ainsi en beauté ce séjour à Ayutthaya qui nous aura séduit par son mélange culturel, populaire, artistique et sportif !

Cha-am – km 15007


Carnet de route > Thaïlande

16 décembre 2013

Changement d’ambiance après le calme de la forêt, nous retrouvons la mer (le golfe de Thaïlande cette fois) et l’agitation de la ville balnéaire de Cha-am. Située à 2-3 heures de route au sud de Bangkok, c’est une destination prisée des citadins qui y viennent passer leur week-end. 20131216_108_117On se trouve facilement une grande chambre familiale avec deux lits doubles et une petite terrasse que l’on privatise rapidement ! Le vendredi matin, on part accueillir les parents d’Olivier à l’aéroport de Bangkok et on rentre tous ensemble à Cha-am pour y passer le week-end. Les grands bus décorés à deux étages arrivent régulièrement de Bangkok et on sent la ville commencer à s’animer à l’approche du week-end. Dans certains bus, la musique est à fond et les jeunes (en uniforme) sont debout à l’intérieur en train de danser : une sortie scolaire ?!

Finalement, le week-end n’est pas si agité que ça : quelques pétards et feux d’artifices mais passé 22h-23h c’est relativement calme. En revanche, le matin, la ville s’anime tôt : dès 7h, tout le monde est sur le pont. Les familles ou groupes d’amis s’installent sous des parasols dans des transats et passent l’après midi ou la journée à manger (des vendeurs ambulants assurent le réapprovisionnement) et à boire (coca et/ou whisky). Côté plage, c’est surtout en mer que ça se passe : beaucoup de Jet-Ski dont la plupart tractent de grandes bouées surlesquelles sont installés les passagers. Autre variante, une large bouée avec un seul passager qui s’envole avec la vitesse !

Après ces quelques jours de retrouvailles, on dépose les parents d’Olivier à la gare et on reprend la route chacun de notre côté avant de se retrouver pour Noël à Chiang Mai.

Pak Song – km 14158


Carnet de route > Thaïlande

11 décembre 2013

En quittant l’autoroute qui continue sur Bangkok, on emprunte une belle route secondaire qui s’enfonce dans la forêt et nous atteignons le petit village isolé de Pak Song en fin de journée. Nous sommes accueillis par Geetha qui est bénévole au sein de la fondation depuis 3 mois et qui assure les cours de yoga. Le principe de TCDF Eco-Logic est simple : quelques logements (3 bungalows, 4 chambres et un dortoir) pour héberger les hôtes et dont les revenus sont intégralement reversés à la fondation TCDF qui oeuvre pour les enfants en difficulté de la région. Les volontaires qui viennent travailler pour quelques semaines ou quelques mois logent gratuitement dans le dortoir. Nous nous joignons à leur groupe pour les repas (pris en commun) et nous participons donc aux taches ménagères (en gros la vaisselle !).

L’ambiance est familiale car la structure est petite, artisanale et à vocation humanitaire. On se sent tout de suite à l’aise même si on est les seuls à ne pas être branché yoga ! Notre petit groupe d’une dizaine de personnes est composés de gens d’horizons et de nationalités différentes (un couple franco-hollandais, une américaine, une autrichienne, une espagnole, une hollandaise et une malaisienne). Le fait de prendre ses repas en commun et faire la vaisselle ensemble permet de rapidement faire connaissance. Nous participons même à une sortie organisée en commun pour aller aux sources d’eau chaude d’un parc naturel voisin. La journée est fériée et plein de familles en profitent pour venir se baigner et pique niquer. Nous nous délassons dans les différents bassins dont les températures de tiède à très chaud varient selon les sources. Nous profitons également de la rivière pour nager et pour profiter d’une séance sauvage de fish-therapy : des poissons qui viennent s’attaquer aux pieds pour manger les peaux mortes. Assez particulier comme sensation !

Pour en revenir à la structure TCDF, nous apprécions vraiment le cadre (au calme en pleine forêt) et le principe général de fonctionnement. La cuisine est faite quasi exclusivement avec les ressources locales gérés conjointement avec l’école : un jardin potager (bio), un poulailler et une ferme de champignons ! Les repas sont donc particulièrement bons et légers (cela nous change des dernières semaines). La structure est également impliqué dans un programme de gestion des déchets particulièrement efficace (tri sélectif, compost, recyclage, etc.).20131210_097_101
Nous avons passé quelques jours très agréables ici : les enfants ont pu profiter d’une salle avec plein de jeux et de livres et ont été adoptés par les autres hôtes qui leur ont lu des histoires et joués avec eux. Seul le crapaud qui squattait devant le frigo (ou parfois dans la salle de jeux) les a gênés (surtout le premier soir !). Nous, nous avons pu discuter tranquillement avec les autres invités (quelle bonne idée cette salle de jeux) et découvrir tous les projets gérés par les deux fondatrices de TCDF (et il y en a plein !). Nous devons partir car les parents d’Olivier arrivent bientôt à Bangkok et nous voulons passer le week end avec eux avant de les retrouver pour Noël dans le nord de la Thaïlande. Mais, nous sommes bien décidés à revenir ici, plus longtemps, à la fin de notre boucle.

Beyşehir – km 5825


Carnet de route > Turquie

26 septembre 2013

La saison avance et on ne voudrait pas arriver trop tard en Cappadoce pour profiter d’un temps clément. On reprend donc la route de bon matin.
On atteint Antalya en fin de matinée et on pousse jusqu’à Serik pour la pause déjeuner. On se trouve (péniblement) un petit resto de brochettes (très bon). On ne tarde pas pour repartir car il est déjà 15h et la route est encore longue…

Après avoir longé la côté méditerranéenne, il est temps de rentrer dans les terres et remonter vers le nord. La route est magnifique notamment le dernier tronçon, une départementale déserte qui rejoint le lac de Beyşehir où se trouve l’hôtel-camping que nous avions repéré.
20130925_P1_056_060
Nous arrivons donc à la tombée de la nuit et malgré la fraicheur (relative bien sûr), on décide de camper (on sait que ce sont nos dernières nuit de camping et en plus, cela fait du bien au budget). Le patron nous rouvre le camping qui est un espace qui sert aussi au pique nique l’été des habitants de la ville. Il faut dire que l’on est à côté du lac mais à 12km de la ville. Le camping étant en plus désert, nous sommes un peu seuls au monde ! Le temps de monter la tente, il est l’heure de manger. Vu le prix modique de l’emplacement camping, on fait claquer le second resto à l’hôtel (on est en train de prendre de mauvaises habitudes !).
La nuit est courte et un peu froide. Pour se réchauffer, on démonte la tente et on repart : direction la Cappadoce…