Archives du mot-clé bandar abbas

Sharjah (arrivée au port) – km 12094


Carnet de route > Emirats Arabes Unis

5 novembre 2013

Nos deux nouveaux potes routiers turcs nous font signe de les rejoindre. Nous avons tous les 8 un traitement de faveur : nous serons les premiers à quitter le ferry dans nos véhicules. Après quelques mètres dans les Émirats Arabes Unis, nous nous arrêtons net en abandonnant nos véhicules pour rejoindre les autres passages dans un bus qui nous amène au bureau de l’immigration. Le traitement VIP aura été de courte durée…
Après une fouille en bonne et due forme du sac à main de Carine et un peu d’attente, nous ressortons avec nos passeports tamponnés mais le plus dur n’est pas encore fait. Nous rejoignons le camion et commence alors le marathon. Olivier part à pied retirer des dirhams au distributeur qui se trouve à la sortie du port tandis que Carine et les enfants attendent dans le préfabriqué climatisé de l’agent de la compagnie de transport. Une fois payé le transport, il s’agit d’aller tamponner et faire faire différents formulaires à différents bureaux dans le port. Tout s’enchaine à peu près bien jusqu’au moment où on attend l’inspecteur des douanes qui n’arrive pas. Olivier revient à la charge plusieurs fois dans le bureau pour être sûr de bien avoir compris. Mais toujours personne. Il fait 40° et pas un bout d’ombre. Les enfants cuisent à l’étouffée dans le camion (on laisse quand même les portes ouvertes !) et commencent à en avoir ras le bol (nous aussi). On a faim et on est pressé d’en finir alors on sort l’arme ultime : on met les enfants dehors (en face du bureau des douaniers) en leur demandant de faire du bruit et de râler (on n’a pas vraiment besoin de leur demander d’ailleurs).
L’accueil des émiratis dans les différents bureaux a pour l’instant été plutôt sympa (sauf un mauvais coucheur qui a mis Olivier de mauvaise humeur pendant un bon moment) mais là, on commence à craquer. Heureusement, l’inspecteur se pointe et s’excuse de son retard. Il regarde à peine ce qu’il y a dans le coffre et nous tamponne notre fameux bordereau. Olivier retourne pour la énième fois au bureau central où le chef de service commence à demander 120 dirhams supplémentaires sinon il faut revenir demain matin. Olivier explique que cela fait plus d’une heure que l’on attend les douanes et le gars de répliquer qu’il s’en fiche, lui c’est l’autorité portuaire. L’employé émirati (le chef de service était indien) au comptoir et qui m’avait offert les photocopies un peu plus tôt dans la matinée, m’arrange le coup en amadouant son chef et en me sortant le fameux sésame pour quitter le port (qu’il faut encore faire valider dans un autre bureau à l’autre bout du port). L’autre bureau est vide (c’est la pause) mais heureusement, en faisant le forcing auprès du gars de l’agence, on arrive à le faire revenir pour tamponner notre fichu bon de sortie.
Ouf, il est 15h, on est crevé mais ça y est, on a réussi : Sharjah, nous voilà !

Bandar Abbas – km 12094


Carnet de route > Iran

1 novembre 2013

Après s’être débarbouillés le visage au robinet, nous quittons rapidement notre gite de la nuit pour reprendre la route. Il n’y avait déjà pas grand monde hier mais là, on est quasiment tout seul car c’est vendredi matin. On roule longtemps dans le désert en ne traversant que de temps en temps quelques villages. Il fait toujours aussi chaud (35°) et la route est toujours aussi belle. On voit désormais beaucoup de greniers de forme conique et on a parfois le sentiment que l’on pourrait être au Mali !20131101_095
L’indicateur de jauge de gasoil continue de descendre et toujours pas de station service en vue (les seules rencontrées ne distribuaient que de l’essence). Massoud nous avait pourtant prévenu : bien faire le plein avant d’arriver à Bandar Abbas, car les stations services sont rares et mal approvisionnées.
En arrivant à Bandar Lenghe, on retente notre chance sans succès dans une station où il n’y a plus de gasoil et dans une autre avec plein de camions et où tout le monde est en train de gesticuler dans tous les sens. En fait, on comprend au bout de 10mn que c’est la fin de la cuve et qu’il n’y aura plus rien avant 17h le soir.
On décide de continuer car, à quelques litres près, on devrait pouvoir arriver à Bandar Abbas mais c’est plus que tendu. De toutes façons, on se dit que si on tombe en panne sèche, on trouver bien un camion pour nous dépanner de qqs litres. Mais, à la sortie de la ville, on retombe sur une station service avec encore une longue file de camions. En faisant le tour (on a enfin compris que l’on a le droit de passer devant tous les camions quand on a un petit réservoir), on se rend compte qu’il y a bien du gasoil. Comme d’habitude, on est un peu l’attraction quand on débarque et rapidement, un jeune camionneur nous fait signe de se garer à côté de lui et il nous remplit le réservoir sur sa carte !
On repart soulagés et le réservoir plein pour les derniers kms de notre dernière étape iranienne. Sur la fin du parcours, on longe enfin le golfe où on l’on admire la mer d’un bleu incroyable mais où le bord de mer n’incite pas vraiment à la baignade. Nous longeons ensuite le fameux port de Bandar Abbas (le principal port iranien) au milieu des semi-remorques chargés de containers et entrons dans le centre-ville désert (on est toujours vendredi !). Après avoir hésité entre les deux hôtels du guide, on choisit le moins cher (et à priori moins bien) mais, bonne surprise, on nous dégote un mini appart’ avec deux chambres et une mini cuisine comme à Ispahan. Le prix est en plus super intéressant, on est ravis ! Après la nuit et la route que l’on vient de faire et vu les quelques jours que l’on va devoir passer ici, c’est une véritable aubaine.
On vide quasiment tout le camion dans l’appart’ pour faire les lessives et préparer les sacs avec lesquels on va désormais voyager et ceux qui resteront dans le camion pendant la traversée. Le soir, on se ballade dans Bandar Abbas qui nous surprend agréablement comme on a pu l’être à Trabzon en Turquie. Effectivement, il n’y a rien à voir de particulier mais l’ambiance est particulière : peut-être est ce le côté arabe (et non plus perse) mais on penche plutôt pour le côté ville portuaire qui ont une ambiance qui les différencie des autres. Effectivement, il y a beaucoup de trafic (!?) de marchandises : plein de petites boutiques où s’empilent des cartons d’écrans plats, d’électroménager et divers produits. Des camionnettes Zanjan qui chargent et déchargent les dit cartons. En se baladant dans le bazar qui n’a en lui même aucun charme (rien à voir avec ceux de Tabriz ou Ispahan), on est frappé par la quantité des produits et leur côté « occidental » (importé ?!). On rentre même dans un immeuble où sont rassemblés plein de boutiques comme on en trouve beaucoup en Iran mais là, on a vraiment l’impression d’être dans un centre commercial occidental. Étonnant.
Bon, maintenant (vendredi soir) tout est quasiment prêt. Demain matin, on descend les sacs qui restent dans le camion et on l’emmène au port. On va bientôt le quitter mais aussi quitter l’Iran. Dès que l’on a confirmation du départ, il faudra que l’on s’occupe des billets d’avion : on hésite encore sur la destination où aller durant la dizaine de jours de traversée du camion mais Bali arrive en bonne position. Les comparateurs de prix de billets d’avion auront le dernier mot mais avant tout cela, il faut qu’on règle notre histoire de camion !