Phnom Penh – km 21339


Cambodge > Carnet de route

28 février 2014

Ce matin, en partant de Battambang pour rejoindre Phnom Penh notre destination du jour, nous réalisons une belle performance dont nous avons le secret : on part sans récupérer le linge qu’on avait déposé à laver dans une « laundry » ! En effet, l’hôtel facturant un peu cher les lessives nous avons déposé notre linge en ville pour économiser quelques dollars. Au bout d’une demi-heure de route, on a un éclair de lucidité et on fait donc demi-tour. Une heure de perdue et une partie de l’économie réalisée gaspillée en gasoil mais bon… on ne se refait pas !
La route est belle jusqu’à Phnom Penh (des rizières asséchées à perte de vue) et nous nous arrêtons déjeuner avant d’entrer dans la ville proprement dite.

20140228_022_023

Confluence du Mékong avec le Tonlé Sap

Nous mettons un bon moment à atteindre le centre ville : Phnom Penh est une très grande ville (rien avoir avec Vientiane) et les bouchons sont bien là ! La circulation est d’autant plus difficile qu’il y a très peu de feux tricolores et beaucoup de deux roues mais pas si compliquée finalement.
Nous faisons le tour du quartier où sont concentrés hôtels et guesthouses, un quartier qui s’étend le long du Tonlé Sap et d’une grande promenade piétonne. Les meilleures adresses affichent complets et nous nous retrouvons dans un hôtel pas cher, vieillot et pas très glamour mais bien placé, juste à côté du Palais Royal et sur le « Riverside » (face à la rivière quoi !).

Palais royal

Palais royal

Il fait chaud et nous avons du mal à nous motiver pour sortir du quartier du Palais Royal. On décide de louer les services d’un tuk-tuk pour aller se balader dans le marché russe le matin et le marché central l’après midi et pour finir, le Wat Phnom. L’inconvénient des grandes villes comme Phnom Penh est qu’il faut prévoir ce que l’on veut aller voir et s’y rendre en tuk-tuk car se promener à pied n’est pas vraiment pratique (et en plus il fait chaud). Nous qui avons l’habitude de nous balader un peu au hasard et d’improviser au fur et à mesure de la journée, nous restons un peu sur notre faim. Nous décidons de reprendre la route après ces deux jours passés ici : il faut dire que la ville n’offre pas d’attraction particulière sauf le musée sur le génocide certainement très intéressant mais très dur et pas adapté avec des enfants. Comme très souvent la capitale n’est pas à l’image du pays et si Phnom Penh fait figure de ville moderne (beaucoup de magasins et d’enseignes internationales, d’aménagements urbains, de circulation), elle détone un peu avec le reste du pays que nous avons pu traverser jusqu’à présent. La disparité entre les riches et les pauvres semble encore plus accentuée en ville (avec les 4×4 rutillants et des magasins « luxe » à côté des échoppes de rues) et on a l’impression de ressentir cette corruption qui gangrène le pays. L’autre élément frappant est la quantité d’ONG qui œuvrent dans le pays. On croise beaucoup de véhicules des Nations Unies et de diverses d’ONG (enfance, déminage, handicap, etc.).

On rencontre aussi, grâce à une famille connue via notre blog et qui prépare son tour du monde, une amie à eux qui vit à Phnom Penh. Elle a prévu de passer le week end en famille à Sihanoukville (plage sur la côte sud) et on décide de modifier notre itinéraire pour les rejoindre. Demain, on quitte donc la ville direction la plage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>