George Town – km 25314


Carnet de route > Malaisie

9 avril 2014

Après une petite matinée de route, on arrive en vue de l’île de Penang. Elle est reliée au continent par un grand pont que l’on emprunte et, en arrivant sur l’île puis en prenant la route (3×3 voies) pour rejoindre George Town, on a presque l’impression de se retrouver aux Émirats Arabes Unis. En s’approchant du centre historique de la ville, les grands immeubles et larges avenues laissent place à une architecture beaucoup plus intéressante.

Comme à Melaka, on retrouve une ville avec un passé colonial lié au commerce orient-occident. Si Melaka avait un passé colonial plutôt portugais (et néerlandais), celui de Penang est plutôt lié à l’Angleterre mais la ville est avant tout un mélange multiculturel chinois, indien et malais à l’image de la Malaisie tout entière (avec quand même une nette prédominance des Chinois propre à Penang).
Nous trouvons un hôtel proche du centre où nous nous installons pour quelques jours. La vieille ville est classée depuis 2008 au Patrimoine Mondial de l’Unesco (comme Melaka) pour son architecture unique : maisons de commerce de l’époque coloniale, mosquées, temples chinois et hindous ou encore des églises qui cohabitent dans un périmètre finalement assez réduit.

Nous arpentons au hasard des rues les quartiers chinois et indien. Les maisons sont très belles et très photogéniques. Les habitants doivent parfois en avoir marre du flot de touristes (assez nombreux) qui passent leur temps à tout photographier. Il faut dire qu’il n’y a pas d’ambiance trop « ville musée » car la plupart des maisons sont occupées et les commerces « traditionnels » encore bien présents même si le nombre de maisons transformées en guesthouse est assez important.
20140408_206_208
L’autre particularité de George Town est d’être une ville « arty ». On retrouve un peu partout dans la ville des peintures sur les murs, pas mal de peinture en trompe l’œil, des graffitis mais aussi des installations en fer forgé qui représentent ou expliquent des scènes de vie ou détails historiques. Tout cela rajoute au charme des balades dans la ville dont le seul inconvénient est d’être assez peu adaptée aux piétons.

20140408_075_078On avait prévu d’avancer l’école ici mais il faut se rendre à l’évidence, la chambre est petite et travailler dans le café en bas n’est pas vraiment propice à la concentration.
On décide donc de lever le camp et d’essayer de se trouver un coin au calme avec un peu d’espace pour s’installer. On laisse derrière nous notre cantine (le resto indien d’en face), la salle de classe (le café d’en bas) et notre cour de récré (le centre-ville historique) et on reprend le pont pour rejoindre le continent. Direction les Cameron Highlands, un coin de montagne au frais et au vert au milieu des plantations de thé.20140409_024